ZOOM SUR LES COP :

Depuis 1995 (date de la première COP à Berlin), plus d’une centaine de pays du monde entier se réunissent chaque année afin de mettre en place des solutions pour lutter contre le réchauffement climatique.

Cette année, la 26ème édition des COP se déroule à Glasgow en Ecosse et a débuté ce dimanche 31 octobre.

Définition des COP, date de création, qu’attendre de cette COP26 … On vous dit tout pour que vous soyez à jour sur le sujet.

INTRODUCTION

Définition du terme :

“La COP est une conférence internationale sur le climat qui réunit l’ensemble des États engagés depuis 1992 par la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).”

Le terme COP signifie “Conference Of Parties” ou “Conférence des Parties” en français.
Son objectif est de faire le point sur la bonne application de la CCNUCC et de négocier de nouveaux engagements afin de faire face à notre situation climatique.

La création de la COP :

Les COP sont nées lors de la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement (CNUED) à Rio de Janeiro en 1992, aussi connue sous le nom de “Sommet de la Terre”. 120 chefs d’État et de gouvernement et 189 pays étaient présents.

Lors de cet évènement, des avancées significatives ont été mises en place, telles que :

  • La mise en place d’une définition officielle du développement durable.
  • La création de “l’Agenda 21”, énumérant 2500 recommandations afin de réduire l’avancée du réchauffement climatique.
  • La mise en place d’un Conseil de Développement Durable (CDD).
  • La signature de la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le monde

C’est à partir de cette déclaration que la “conférence des parties” (COP) a été instaurée dans le but de réunir les signataires chaque année, et de trouver des solutions pour lutter contre le changement climatique.

UNE RÉTROSPECTIVE DES MESURES PRISES LORS DES DIFFÉRENTES COP

A l’heure où nous écrivons cet article, 26 COP ont été organisées dans les différents continents du monde. Si chacun de ces rendez-vous ont apporté leur lot de solutions, certaines COP ont marqué un véritable tournant dans la prise de décisions environnementales.

Dont 2 particulièrement :

  • La COP3 de Kyoto.
  • La COP21 de Paris.

Le Protocole de Kyoto :

C’est la première fois que de vraies mesures d’impact ont été imposées aux parties signataires de la conférence du Sommet de la Terre. En l’occurrence, il était ici question de réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES), en grande partie responsable du réchauffement de la planète.

37 pays développés ont signé “Le protocole de Kyoto” et se sont ainsi engagés à réduire de 5 % la quantité de GES rejetée par rapport à 1990, sur une période allant de 2008 à 2012.
Le protocole est entré en vigueur en 2005, soit 8 ans après sa signature… mais il est important de noter que chacun des pays signataires a atteint son objectif.

Les Accords de Paris :

S’il y a bien une COP qui a fait parler d’elle ces dernières années, c’est la COP21. En 2015, 195 pays étaient réunis à Paris dans le but de trouver un accord qui permettra de limiter le réchauffement climatique et ses effets indésirables.

Le 12 décembre 2015, un accord qualifié d’historique a été trouvé par les différentes parties. Ce dernier prévoit de limiter l’augmentation de la température du globe à +2°C voire +1.5°C.

Pour arriver à ces objectifs, l’Accord contient :

  • Des engagements propres à chaque pays pour réduire leurs émissions de GES,
  • Des outils permettant de contrôler et mesurer les engagements pris,
  • Une solution de financement de 100 milliards de dollars par an pour permettre aux pays en voie de développement d’agir contre le changement climatique.
Logo de la COP21

QUE POUVONS-NOUS ATTENDRE DE LA COP26 ?

Le maintien du réchauffement climatique sous le seuil des + 1,5°C :

Les scénarios du rapport du GIEC paru en août dernier font froid dans le dos. Si aucun changement n’est effectué, nous atteindrons les +3°C en 2060 et la température continuera d’augmenter de +1.1°C jusqu’au milieu de notre siècle.

Si l’Accord de Paris a permis une grande avancée dans nos politiques environnementales mondiales, il devient urgent que les engagements pris soient respectés. Nous devons impérativement réduire nos émissions de GES de 45% d’ici 2030 et atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 si nous souhaitons atteindre nos objectifs.

La réduction des inégalités entre les pays du nord et du sud :

Nous vous en parlions plus tôt, une solution de financement à hauteur de 100 milliards de dollars a été mise en place dans le but d’aider les pays en voie de développement à mettre en place leur politique environnementale. Cet engagement a été instauré en 2009, lors de la COP15 de Copenhague.

Pourtant, 10 ans plus tard, l’aide apportée n’atteint pas plus de 80 milliards de dollars (Source : OCDE). Des avancées significatives sont donc attendues afin de respecter nos engagements.

Des alternatives à l’énergie fossile :

Aujourd’hui encore, une grande partie de l’électricité mondiale est produite à partir des énergies fossiles, comme le charbon, aggravant nos émissions de gaz à effet de serre. A titre d’exemple, près de 60% de l’électricité chinoise est produite à partir du charbon … et ce chiffre devrait augmenter.

Selon un rapport réalisé par le Programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUE), la production d’énergies fossiles devrait augmenter de 2% par an lors de notre décennie…

Il est donc impératif de trouver des alternatives durables afin de réduire notre utilisation des énergies fossiles.

LE MOT DE LA FIN

Vous l’aurez donc compris, la COP26 représente un réel enjeu dans notre course contre le réchauffement climatique.
La crise que nous subissons ne pourra être réglée si nous restons les bras croisés. Aujourd’hui, nous avons besoin que les Etats signataires aillent au bout de leurs engagements, il est plus que l’heure de passer à l’action.

LES SOURCES