Les points clés du rapport du GIEC

Le numérique responsable étant notre fer de lance, nous ne pouvions pas passer à côté de la parution du 6ème rapport du GIEC. Etat actuel du climat, conséquences du réchauffement climatique, solutions possibles… On vous résume les points clés pour que vous n’ayez pas à lire les 3 949 pages du rapport.

Un peu de contexte :

Créé en 1988 par l’OMM (Organisation Météorologique Mondiale) et le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement), le GIEC désigne le Groupe d’Expert Intergouvernemental sur le Climat. Il regroupe actuellement 195 pays du monde entier.

Le GIEC a pour objectif d’analyser le changement climatique et ses conséquences, afin de mettre en place des stratégies d’adaptations à travers le monde.

A ce jour, six rapports ont été publiés par le GIEC, la précédente version datant de 2014. Chacun de ces rapports comprend trois parties :

  • Une première sur les données scientifiques les plus récentes concernant le changement climatique.
  • Une seconde sur les impacts du changement climatique sur nos écosystèmes.
  • Une dernière sur la stratégie d’atténuation et les solutions à mettre en place par les états.

Le rapport que nous allons vous résumer a été co-écrit par 234 personnes du monde entier, et a été relu par les représentants des 195 États membres du groupe. Il correspond à la première partie, et recense donc les données scientifiques les plus récentes sur le réchauffement climatique. La seconde partie est prévue pour février 2022, et la dernière paraîtra en mars 2022.

Le changement climatique n’est plus une menace… mais bien une réalité :

Depuis 2014, la planète a connu un réchauffement climatique sans précédent de +1.1°C par rapport au XX° siècle. Les cinq dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. Et chacune des quatre dernières décennies a été successivement plus chaude que la précédente depuis 1850 .

Tableau représentant les changements de température
de surface globale entre 1850 et 1900. On y remarque que l’activité humaine est en grande partie responsable de notre réchauffement climatique.
Tableau représentant les changements de température
de surface globale entre 1850 et 1900

« Ce nouveau rapport du GIEC décrit avec un niveau de détail et de certitude encore plus grand le diagnostic des climatologues. Il confirme les rapports précédents : la dégradation de la santé de la Terre risque de s’accélérer si elle n’arrive pas à se libérer de son addiction au carbone. »

Pr Jean-Pascal van Ypersele (UCLouvain), chef de la délégation belge et ancien vice-président du GIEC


L’influence Humaine est incontestable :

Le GIEC est sans appel : l’Homme est 100% responsable du réchauffement climatique que nous subissons. Les gaz à effet de serre et CO2 que nous rejetons ont réchauffé le climat à un rythme jamais connu depuis au moins 2000 ans.

Depuis la publication du 1er rapport du GIEC en 1990, 1000 milliards de tonnes de CO2 ont été émises par l’activité humaine. Soit presque la moitié des émissions rejetées depuis le début de notre ère industrielle (Fin du XIX° siècle). Ce constat est alarmant. Il ne nous aura fallu que 30 ans pour rejeter près de la moitié de 200 ans d’activité industrielle.

Quelles sont les conséquences du réchauffement climatique sur l’environnement ?

Le changement climatique d’origine humaine affecte de nombreux phénomènes météorologiques et climatiques à travers le globe.

L’atmosphère, les océans, la cryosphère et la biosphère ont été soumis à des changements rapides et généralisés qui n’avaient pas été observés depuis des milliards d’années.

Et les conséquences font froid dans le dos :

  • Recul et fonte de la banquise dans les pôles.
  • Hausse du niveau de la mer comme il n’en a jamais été question sur les trois derniers millénaires…
  • Réchauffement de la couche supérieure des océans depuis les années 1970.
  • Accélération des moyennes mondiales de précipitations avec une nette augmentation depuis les années 1980.
  • Augmentation de la fréquence d’apparitions des sécheresses, vagues de chaleur, et des cyclones tropicaux.
  • Déviation des aires climatiques vers les pôles dans les deux hémisphères.
  • Modification du rythme de croissance de la végétation située en dehors des climats tropicaux. Avec un allongement moyen d’un jour ou deux par décennie depuis les années 1950.

Si le réchauffement climatique devait continuer sur cette dynamique, chaque pays et régions pourraient subir un nombre grandissant d’évènements climatiques “extrêmes”. Parfois même combinés, ayant alors des conséquences désastreuses sur notre quotidien et l’écosystème environnant.

Aucune région ne sera épargnée.

Les scénarios envisagés pour les décennies à venir :

Le GIEC a conçu 5 scénarios possibles pour nous permettre d’anticiper les évènements climatiques à venir. Appelés SSP pour « Shared Socio-economic pathways » (trajectoires socio-économiques communes) ils dessinent en termes économiques, politiques et humains les évolutions futures liées au climat.

Ces scénarios prennent en compte :

  • Le court terme (2021-2040).
  • Le moyen terme (2041-2060).
  • Et le long terme (2061-2080).

Ils sont classés par ordre croissant, SSP1 étant le scénario le plus optimiste, et SSPS le plus critique.

SSP1 : Le scénario Green :

  • Nous respectons les limites environnementales planétaires (diminution de nos déplacements par voie aérienne par exemple) réduisant nos émissions de CO2.
  • Notre développement s’articule autour du bien-être des populations et de la réduction des inégalités.
  • Notre consommation est orientée vers une faible utilisation de ressources et d’énergie.

Les deux premiers scénarios du Giec (SSP1-1.9 et SSP1-2.6) se basent sur ce récit.

SSPS : Le plus pessimiste … :

  • Il correspond à la prolongation des émissions de CO2 actuelles.
  • Nous continuons notre développement économique et social actuel sans tenir compte des inégalités et de notre empreinte carbone.
  • Les innovations sont nombreuses et gourmandes en énergies fossiles.

Le dernier scénario du GIEC (SSPS-8.5) se base sur ce récit.

Si vous souhaitez vous renseigner sur les autres scénarios réalisés, nous vous renvoyons vers le site Vert.eco, qui a fait un article complet à ce sujet.

Les 5 scénarios imaginés par le GIEC. 
Dans le scénario 1, nous atteindrions les +1.4°C en 2100.
Dans le scénario 2, nous atteindrions les +1.8°C en 2100.
Dans le scénario 3, nous atteindrions les +2.7°C en 2100.
Dans le scénario 4, nous atteindrions les +3.6°C en 2100.
Dans le scénario 5, nous atteindrions les +4.4°C en 2100.
Les 5 scénarios du réchauffement climatique établis par le GIEC

En résumé, tous les scénarios prévoient une continuation de la hausse de la température en surface jusqu’au milieu du siècle minimum. Soit vers l’horizon 2050.
Selon le scénario le plus green, nous devrions atteindre une hausse d’1.5°C autour de 2030, suivi par un pic de température à 1,6°C entre 2041 et 2060, avant de finalement redescendre autour des 1,4°C avant la fin de notre siècle.

Le réchauffement climatique est aujourd’hui une réalité: nous atteindrons inévitablement les 1,5 °C, voire les 2 °C au cours de notre siècle. Nous ne pouvons plus nous permettre d’attendre. Nous devons agir maintenant pour limiter les évènements climatiques de demain.

Comment lutter contre le réchauffement de la planète ?

Le GIEC est formel, le réchauffement climatique a de grandes chances de s’arrêter si la neutralité carbone est atteinte. Des actions fortes, immédiates et durables doivent être mises en place pour réduire nos émissions de CO2 et autres gaz à effet de serre.

Le cri d’alarme a sonné, il est temps d’agir !

Nous savons que chaque geste compte. Les Etats, les entreprises et chaque citoyen peuvent et doivent agir dans tous les domaines de nos vies personnelles ou professionnelles.

Vous souhaitez agir mais vous ne savez pas par où commencer ?

Calculez votre consommation carbone sur le site internet Nos gestes climat. Créé par l’ADEME (Agence de la Transition Écologique), cet outil vous donnera une idée de votre empreinte carbone annuelle. Vous pourrez alors mettre en place des solutions dans votre quotidien.

Avez-vous déjà entendu parler de la pollution numérique ? Savez-vous qu’un site internet a un impact social et environnemental ?
Testez l’impact de votre site web sur notre plateforme et découvrez :

  • Son empreinte carbone.
  • Son niveau d’accessibilité numérique.
  • Sa qualité Web.

Passez à l’action en mettant en place nos recommandations afin de réduire son empreinte environnementale.

Nous n’avons plus le choix. Nous devons agir aujourd’hui pour demain. Il n’y a qu’en faisant des efforts que nous réduirons les effets incontestables du réchauffement climatique.


Pour aller plus loin :