La pollution numérique

A l’heure du tout connecté, Internet et le numérique sont de plus en plus présents dans notre quotidien. Augmentant indéniablement notre consommation électrique.
Si Internet était un pays, il serait le 3ème pays le plus polluant, juste derrière la Chine et les Etats-Unis.

Avez-vous déjà entendu parler de la pollution numérique ?

Selon Greenpeace, la pollution numérique désigne toutes les formes de pollution engendrées par les nouvelles technologies : émissions de gaz à effet de serre, pollution chimique, érosion de la biodiversité, production de déchets électroniques.

La pollution numérique est un ennemi invisible qui fait partie des principales préoccupations de notre décennie. Pourtant, 1 français sur 3 n’est pas conscient de polluer en utilisant son smartphone.

En 2020, le secteur du numérique représentait :

  • 4% de nos émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial.
  • 2% de nos émissions de gaz à effet de serre au niveau national.

Et ces émissions pourraient augmenter de 60% atteignant les 7% d’émissions totales à l’horizon 2040.
A titre comparatif, la part du transport aérien est de 4.7%. Vous l’aurez compris, internet est donc très énergivore.

Qui sont les acteurs les plus polluants du numérique ?

Les Data Center et infrastructures :

Comme vous le savez sûrement, Internet se matérialise au travers de Data Center. Et ces immenses infrastructures fonctionnent jour et nuit pour pouvoir satisfaire les internautes du monde entier. Résultat ?

  • Les Data Center consomment une énorme quantité d’électricité,
  • Des climatiseurs tournent en boucle pour éviter la surchauffe,

Le problème est qu’un grand nombre de ces Data Center sont alimentés par des énergies non-renouvelables. Ayant alors un impact direct sur la pollution mondiale.

Et le constat est le même concernant les câbles sous-marins et autres infrastructures nécessaires pour acheminer nos télécommunications. On ne parle plus ici de consommation énergétique mais plutôt d’impact sur notre biodiversité et nos fonds marins.

Nous participons activement à la pollution numérique :

Les sites internets étant hébergés dans les Data Center, le simple fait de naviguer sur vos sites internet préférés consomme de l’énergie. Chaque action que nous réalisons a une répercussion directe sur la consommation des Data center. Voici une liste des actions polluantes que nous réalisons presque tous les jours :

  • Effectuer une recherche : Un moteur de recherche comme Google rejette 5 à 7 grammes de CO2 dès lors que nous recherchons une information. Du haut de ces 6,9 milliards de recherches quotidiennes, vous vous doutez bien que sa consommation est gigantesque !
  • Envoyer des mails : Un mail envoyé rejette 20 grammes de CO2. Et 306.4 milliards ont été envoyés dans le monde en 2020… C’est énorme.
  • Consommer des vidéos en streaming : Le streaming représente à lui seul 60% des flux de données sur Internet. Un film en très haute définition est 300 000 fois plus lourd qu’un mail sans pièce jointe. Chaque jour, plus d’1 milliard d’heures de contenus sont visionnées sur Youtube à travers le monde. Et on ne parle même pas des plateformes telles que Netflix par exemple.

Dans ce contexte, nous devons réagir et adopter un usage responsable du numérique.

Comment réduire la pollution numérique ?

Mais alors, devons-nous arrêter d’utiliser Internet ? La réponse est bien évidemment NON. Pour autant, des gestes simples existent pour limiter notre pollution numérique :

  • Choisir un hébergeur vert : Vous êtes propriétaire d’un site internet ? Alors faites le choix d’un hébergeur certifié normes ISO 14001 ou 50001, tel que Infomaniak, IONOS, ou encore Green.ch par exemple.
  • Réduire vos recherches internet : Pensez à mettre vos sites internet préférés en favori afin de ne pas avoir à passer par un moteur de recherche.
  • Gérer votre boite mail : Faites le tri sur votre boîte mail en installant un logiciel anti-spam Pensez également à vous désabonner des newsletters que vous ne lisez plus. Et n’envoyez des mails que lorsqu’il y à un réel besoin : selon une étude anglaise 15% des mails envoyés pourraient être évités.
  • Faire attention à votre consommation du streaming : Favorisez une définition moyenne voire basse lorsque vous consommez des vidéos en streaming. Netflix et Youtube vous laisse le choix de votre définition alors profitez-en.
  • Éteindre vos appareils connectés : Que ce soit au travail comme à la maison, les outils numériques sont l’une des principales sources de consommation électrique. Donc pensez à éteindre vos appareils pendant la nuit.

Vous souhaitez aller plus loin et découvrir la consommation de votre site internet ? Testez l’impact de votre site web sur notre plateforme et découvrez son empreinte carbone et sa qualité web.

Photo de la miniature par 素辉 李 et photo du serveur par Jordan Harrisson sur Unsplash